A Propos du blog vivelaliberté

A Propos du blog Vive la Liberté

A Propos de : gigalvivelaliberte.com :
Ce blog ®Vive la Liberté regroupe et regroupera au fur et à mesure toutes nos vidéos d’information. Mais aussi quelques articles sur les changements que nous vivons, le nouveau travail et ton indépendance financière et de vie. D’autres articles auront pour sujet comment gagner ta vie en ligne avec tes passions et ceci même si tu n’as pas de finances, de diplômes ou encore d’expertise reconnue. Il y aura aussi des articles et vidéos de développement personnel pour que tu puisses faire face avec bonheur à tous ces changements.  Suis pas à pas toutes nos vidéos, suis nos réseaux sociaux, inscris toi à quelques petites formations à ton rythme et tu vas monétiser tes passions rapidement. Et surtout avec ton éthique, en t’indépendantisant peu à peu de tout ce qui est pesant dans notre société d’aujourd’hui… Que tu sois étudiant, salarié, chômeur, retraité tu peux le faire! Devenir libre et autonome : c’est encore possible ! Tu es  arrivé au bon moment ! Suis le guide !

Qui est le moteur de Vive La Liberté ?

Je me nomme Gigal, voyageant non-stop pour ma première activité, celle d’exploratrice et recherche égyptologique (où j’ai plus de 20.000 fidèles followers sur les réseaux) et je la finance grâce à mes activités en ligne et toujours avec mes passions.

Ayant reçu de nombreux courriers et messages me parlant de vos difficultés, je souhaite vous aider aussi à créer votre activité rémunératrice en ligne avec vos propres passions quelles qu’elles soient, pour plus de liberté et d’autonomie! Suivez moi pour devenir bientôt plus libre! ***********

Bio longue :

Cela fait plus de vingt ans que je voyage en parcourant le monde et notamment de fond en comble l’Egypte, pour mes recherches en égyptologie . Comme au bout de 5 ans j’avais quitté l’université de la Sorbonne pour pouvoir m’adonner à mes recherches indépendantes, une vraie passion pour moi, il me fallait me financer.

J’ai tout d’abord passé (avant le début de ma période de voyage) 3 ans dans des postes importants de communication dans des moyennes et grosses boites, mais je ne me sentais pas à l’aise… En effet : travailler souvent pour des projets qui ne me correspondaient pas, en ayant une hiérarchie et des collègues sans véritable vision et de plus souvent loin d’aspirer aux bienfaits pour tous, être enfermée de longues heures dans des bureaux impersonnels, me rendait malade.

Aussi très vite je quittais ces postes malgré les bons salaires et les succès que j’obtenais, et malgré les «cris de désapprobation » de mon entourage.

On était juste au début du net, eh oui : le premier navigateur web public mêlant texte et image date seulement du début des années 1990. Cela me passionnait, et dès le début je me formais pour devenir experte de la communication digitale et décidait de travailler en missions de quelques mois à distance, pour des sociétés étrangères en anglais qui étaient déjà à la pointe bien avant nous : c’était formateur. Et en plus, cela me laissait 6 a 9 mois par an pour sillonner les pays de ma passion.

Je complétais aussi mes connaissances avec des formations en ligne ouvertes à tous comme celles de Edx (faites par l’université d’Harvard) et beaucoup d’autres. C’est en fait là mes première expérience de formations en ligne. Et cela a commencé à me faire réfléchir sur pourquoi ne pas simplifier au maximum cette forme de cours pour moi trop théorique, s’adressant trop à une élite intellectuelle et l’appliquer à des sujets vraiment utiles qui donneraient de suite, de vrais résultats dans nos vies ? Ces expériences m’ont apporté beaucoup en terme de connaissance, mais j’étais toujours face à des obligations et obligée de «m’enfermer » plusieurs mois. Soit parce que le rythme était très soutenu avec beaucoup d’heures supplémentaires, soit j’étais obligée d’ être dans des bureaux aussi, et les missions étaient de plus en plus difficiles à trouver car après les premiers débuts, les compagnies formaient eux mêmes leurs futurs employés sur place.

Heureusement depuis quelques temps parallèlement à ces missions, j’écrivais beaucoup d’articles sur ma passion en égyptologie dans de la presse papier, principalement en anglais et qui me rapportaient bien. Très vite je ne fis plus que cela, et j’étais aussi invitée dans des conférences qui m’étaient alors bien payées : c’était l’époque heureuse où toute l’année j’étais en voyages : certes mes revenus avaient beaucoup baissé mais cela me suffisait car j’étais libre!

Puis les différentes : ” crises économiques “ ont commencé à impacter mon travail, par exemple : on ne me payait plus mes avions pour aller faire mes conférences. Pour finalement ne plus me payer du tout, arguant que le simple fait d’être dans ces conférences était de la publicité pour moi alors que je n’avais aucun produit à vendre! De plus en France ( mais où je publiais le moins ), les journaux où j’écrivais n’avaient plus la possibilité de me payer car de nouvelles lois leurs imposaient qu’on me salarie. Ou que je monte ma boîte pour devenir prestataire, avec tous les risques que cela comportait pour moi alors, et pour trop peu de gains.

D’autre part, les éditeurs de magazines préféraient de plus en plus faire du copié-collé d’anciens articles (parfois juste traduits d’autres langues á la va-vite) qui ne leur coûtaient rien, et qu’ils trouvaient déjà copiés sur le web qui commençait à avoir un gros flux de textes anciens. Ils vous les proposaient d’ailleurs, éhontément, comme nouveaux (!), en y apposant de plus souvent leurs propre signatures.  En bas d’articles dont ils n’étaient donc pas les auteurs d’origine. Ou avec des  signatures d’avatars multiples pour faire croire à un staff d’écrivains différents. (je connais encore des revues où le rédacteur en chef signe lui même tous les articles copiés et cela sous différentes identités). Et ils continuent à le faire  Je ne voulais plus donner mon travail à ces journaux!

Par chance, j’avais continué à me former et j’aidais des amis à monter leur activité en ligne. Je fis bientôt de même, car aujourd’hui non seulement tout passe par le web, mais nous vivons une importante révolution dans le travail, ce que l’on nomme d’ailleurs : la 4ème révolution industrielle et c’est au début des révolutions que l’on peut saisir ses chances et en prendre que les bons aspects…

Il faut absolument renouveler notre façon de voir le travail et sa rémunération, le salariat c’était hier et d’ailleurs il ne te rapporte que des soucis et ne te paye plus assez. C’est maintenant que notre chance et le champ des possibles sont ouverts alors suis moi !

Suis moi pour devenir plus Libre ! Fais entrer tes émotions  et ta passion dans ton activité !

(Visited 80 times, 1 visits today)

En utilisant ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité and termes et conditions

Abonnez vous a la Newsletter de VLL

You have Successfully Subscribed!